L’auge en bois de l’enfance

L’auge en bois est vide
Dans lequel les enfants se baignaient, avec dévotion.
Pensées capturer de cette époque
Grand-père détourne le regard.
Il se disperse sur les bords du crépuscule.
Le parfum magique du souvenir
J’en témoigne,
Il multiplie les secousses des tempes.
Et le tremblement de son cœur s’intensifie.
Horizons lointains de brouillard, les larmes ne coulent pas.
Et ils lui appellent les anges du bien.
La foi au retour

Publicado en Nekategorizirano | Etiquetado , | Deja un comentario